CHR & MÉTIERS DE BOUCHE

  • Mesures d’aide aux restaurateurs face au coronavirus

    Vous trouverez ici toute les mesures d’aide à destination des restaurateurs face à la crise du coronavirus. Informez-vous sur les droits et les aides exceptionnelles mises en place par le gouvernant à destination des restaurateurs. Ces infos sont accessibles sans abonnement, sans enregistrement de vos coordonnées, et gratuitement. Cette démarche sert à soutenir le secteur de la restauration jusqu’au jour d’après… le coronavirus. #avecNosChefs

    20 MARS 2020 : synthèse des mesures d’aide pour les restaurateurs confrontés au coronavirus :

    Mesures immédiates en faveur des restaurateurs :

    • Fermeture jusqu’au 15 avril 2020 des établissements accueillant du public dont les restaurants sous réserve de l’évolution de la situation sanitaire actuelle. La liste des établissements évolue jour après jour, suivez les dernières publications.
    • 2 médiateurs à votre service, le Médiateur des entreprises, et le médiateur des crédits. Afin de venir en aide aux entreprises et de résoudre les éventuels litiges contactez ces médiateurs, le service est gratuit.
    • Les administrateurs et mandataires judiciaires mettent en place un numéro vert gratuit qui sera actif à partir de lundi 23 mars. Lire le communiqué de presse ici. 0 800 94 25 64

    Au service de l’intérêt collectif et de la sauvegarde de l’emploi, et dans le respect des règles de prudence, le CNAJMJ met en place un dispositif citoyen d’ampleur nationale autour des mesures de soutien aux entreprises annoncées par Emmanuel Macron. L’objectif : “ne pas laisser une crise économique se propager et la peur de la faillite s’installer”.

    Christophe Basse, Président du Conseil national des administrateurs judiciaires et des mandataires judiciaires

    Mesures à échéance fin mars et ou fiscales :

    • Des délais de paiement et reports d’échéances sociales et/ou fiscales (URSSAF, impôts). Dans les situations les plus difficiles, une remise d’impôts directs est possible sur étude individualisée de dossier
    • Soutien de l’État, de la banque de France et des banques françaises pour rééchelonner, obtenir, reporter le remboursement des crédits bancaires. Bpifrance est mobilisée pour garantir et/ou obtenir des lignes de trésorerie. Cette demande s’effectue en complétant le formulaire de demande de délai de paiement et/ou de remise d’impôt
    • Maintien de l’emploi par la mise en place d’un dispositif de chômage partiel simplifié et renforcé (toutes les infos et liens utiles sont consultables sur l’article du 19 mars)
    • Appui au traitement d’un conflit entre clients et/ou fournisseurs
    • BPIfrance vous apporte du cash directement et met en place un plan de soutien financier à destination des TPE et PME. Elle vous garantit vos prêts bancaires à hauteur de 90 % sur 3 à 7 ans, et vous garantit votre découvert à hauteur de 90 %. Toutes les infos ici. Un crédit supplémentaire à hauteur de 30% de toutes vos factures est mobilisable et s’additionne au premier prêt. BPIfrance suspend votre prêt à compter du 16 mars.

    Que font les assureurs pour les restaurateurs ?

    La seule avancée de ces derniers jour est : “la suspension des cotisations”. Les assureurs font toujours la sourde oreille et se cachent derrière cet unique argument : “l’état de catastrophe sanitaire n’existe pas juridiquement ». Contrairement à l’état de catastrophe naturelle, les assureurs ne couvrent pas les effets économique d’une pandémie.

    Les liens et documents utiles :

    Vous avez encore des questions ?

  • Actualités des restaurateurs face au coronavirus :

    Vous trouverez ici toute les actualités en temps réel pour les restaurateurs face à la crise du coronavirus. Informez vous sur les droits et les aides exceptionnelles mises en place par le gouvernant à destination des restaurateurs. Ces infos sont accessible gratuitement, cette démarche sert à soutenir le secteur de la restauration jusqu’au jour d’après… le coronavirus. #avecNosChefs

    19 MARS 2020 : Le Coronavirus fait toujours l’actualité des restaurateurs

    Des précisions sur le fond National de Solidarité

    Bruno Le Maire à apporté des précisions sur les conditions d’accès au fond National de Solidarité versé par BPIfrance par son discours du 17 Mars. Voir son discours ici. 2 conditions viennent cadrer ce jour l’accès au fond de solidarité :

    • Avoir un CA annuel inférieur à 1 000 000€ ht
    • Avoir subit une perte de CA de 70% en 2020 versus 2019

    Ces dernières précisions expliquent la fermeture des Drive et autres offres de vente à emporter… Ce dispositif anti-faillite se présente sous 2 formes. La première par le versement de 1500€ sur simple demande, la seconde est étudiée au cas pas cas et sur dossier. (Lien du dossier à télécharger en fin d’article)

    Le projet de loi sur le chômage partiel avance et se précise :

     La Ministre du Travail, Murielle Pénicaud, vient apporter des précisons également sur les conditions d’accès

    • Maintien à 100% de la rémunération pour un salarié payé au SMIC
    • Maintien à 70% du salaire brut pour un salarié payé au-delà du SMIC
    • Plafond limité à 70% de 4,5 fois le SMIC
    • Remboursement à 100% de l’indemnisation versée par l’entreprise
    • La prise en charge de l’État sera calculé sur la base de 35 heures hebdo

    Le paiement de cette indemnisation hors charges (reportées) incombe aux restaurateurs. Pensez à solliciter la BPI et votre banque afin de négocier un prêt de trésorerie. Ces prêts de trésorerie sont garanties par l’état, pensez à le rappeler à votre banquier lors de votre RDV ou lors de votre échange téléphonique (pensez aux gestes barrières).

    Argument de négociation avec votre banque :

    En cas de refus de votre prêt, voici un argument : suggérez leur de communiquer le nom de leur banque auprès de l’UMIH. M Chenet, président assure ceci ce jour :

    Je porterai personnellement à la connaissance du Ministre de l’Économie qui me l’a proposé, les noms des banques et des banquiers qui ne respectent pas l’engagement pris par le secteur !

    Didier Chenet

    D’autres bonnes nouvelles :

    • La SACEM suspends les facturations et prélèvements jusqu’au 30 avril
    • La redevance Spré  est également suspendue si votre établissement est fermé
    • Le Conseil National des Centres Commerciaux  se dit ouvert et à l’écoute à titre exceptionnel pour suspendre les loyers. Rapprochez-vous de votre bailleur
    • Factures des fluides : des négociations sont en cours entre les fournisseurs et Bruno Le Maire, à suivre…

    Que font les assureurs ?

    Les assureurs font toujours la sourde oreille et se cachent derrière cet unique argument : “l’état de catastrophe sanitaire n’existe pas juridiquement ». Contrairement à l’état de catastrophe naturelle, les assureurs ne couvrent pas les effets économique d’une pandémie

    Les documents utiles :

    16 MARS 2020 : l’actualité des restaurateurs face au coronavirus

    Le gouvernement a présenté les différentes mesures d’urgence qu’il a décidé de prendre afin de venir en aide aux restaurateurs. M Bruno Le Maire a annoncé des mesures visant à permettre aux entreprises de faire face aux difficultés de trésorerie :

    • Le report de paiement des charges sociales, patronales et salariales pour 3 mois dés mars et plus si nécessaire
    • Le report des charges et taxes fiscales dans les mêmes conditions. La TVA ne fait pas partie de ce report, elle devra être payée.
    • Pour les TNS le report de l’échéance sociales du 20 mars 2020.
    • La suspension des remboursements des crédits et crédits-baux et autres formes de crédits pour 6 mois et sans frais. Pas d’intérêts de retard, ni frais de dossier ne seront appliqués.
    • La garantie par BPIfrance à hauteur de 90% des découverts confirmés par les banques sur 12 à 18 mois.
    • La mise à disposition par la BPI de prêts de 3 à 5 ans de 10 000 à 10 millions d’euros.
    • La mobilisation par la BPI de toutes vos factures, la BPI y rajoutant un crédit de trésorerie de 30% du volume mobilisé
    • La suspension par la BPI de toutes vos échéances de remboursement de ses propres crédits auprès de votre établissement. La BPI s’apprête ainsi à mobiliser près de 3 milliards d’euros pour nos entreprises.

    Les décrets sont à paraître et seront communiqué lors de la prochaine mise à jour. Il n’y a pas de nouveau lien à date. D’autres liens utiles à lire ou relire ici :

    Résultat de recherche d'images pour "logo bpi france"
    Résultat de recherche d'images pour "numero vert"

    Pour soutenir les restaurateurs, Bpifrance met en place un numéro vert : 0 969 370 240. Vous pouvez aussi faire la demande en ligne ici.

    • Cotisations sociales, impôts, quoi faire ?
    Résultat de recherche d'images pour "urssaf logo"
    1. Des solutions de reports sont mises en place en fonction des différents statuts (TNS ou Salarié). Rapprochez-vous de votre expert comptable, c’est son boulot.
    2. Faite la demande de report des charges sociales par simple envoi d’un mail
    3. Centre des impôts : il vous suffit d’adresser au service des impôts dont votre entreprise dépend, un formulaire prévu à cet effet. Le formulaire est disponible sur la page d’accueil du site des impôts. vous pouvez le trouver en cliquant sur le lien suivant : lien site des impôts
    4. téléchargez ici la Demande simplifiée de délais de paiement de vos impôts.
    • Que peut faire mon assureur ? A l’heure ou j’écris cet article les assurances font bloc. Elles se déclarent elles-mêmes victimes et se cachent derrière le cas de force majeur pour ne pas indemniser les restaurateurs. C’est un scandale que déplore M Chenet, Président de GNI-HCR. Voir la vidéo.

    COMMENT ME CONTACTER ?

  • Aide d’urgence aux restaurateurs face à la crise du coronavirus

    Le 15 MARS 2020 : mises à jour :

    J’arrête toute mon activité et je me rend disponible pour aider les restaurateurs à passer le cap de la crise du coronavirus et ce jusqu’à nouvel ordre. J’ouvre mon réseau à tous les restaurateurs dans le besoin. Les annonces d’hier soir du Premier Ministre Edouard Philippe, ont eu l’effet d’une bombe dans le secteur de la restauration. Le coronavirus après les gilets jaunes c’est trop !

    Quoi faire maintenant que ton restaurant est fermé ?

    SERVICE GRATUIT, COMMENT EN PROFITER ?

    Comment passer la crise, comment préserver ta trésorerie ?

    Je stoppe toute mon activité jusqu’à nouvel ordre. Dans un premier temps je me rend disponible par mail, sur Facebook, Twitter, LinkedIn et par téléphone pour tous les restaurateurs. Des mesures sont annoncées une fois pas le Président, une fois par le 1er Ministre, une autre fois par le Ministre de Economie et des Finances, les unes après les autres. Tu trouveras ici une liste qui se veut la plus exhaustive. Cet article est mis à jour régulièrement jusqu’à la fin de cette fichue pandémie.

    Oui même samedi et dimanche, c’est ça aussi la restauration !

    COMMENT ME CONTACTER ?

    Tu as le choix, je suis présent sur les réseaux sociaux, sur le net et en cas d’urgence par téléphone :

    La liste des mesures exceptionnelles annoncées par le gouvernement à destination des restaurateurs, les liens utiles sujet par sujet :

    Fermeture des ERP à compter du 14 mars à 00h00 :

    La fermeture de tous les établissements recevant du public est faite. L’objectif à présent est de sauvegarder la trésorerie actuelle par tout les moyen légaux. Seuls les établissements de première nécessité sont autorisés à ouvrir. Lire l’arrêté ici

    La vente à emporter et les livraisons restent possible :

    Oui, le vente à emporter et les livraisons sont autorisés, mais dans certaines conditions :

    Sécurisez vos salariés et votre trésorerie :

    Mettre son personnel au chômage technique est une chose, sécuriser leur statue en ai une autre. Pensez aussi à vous, sécurisez votre trésorerie. Toutes les infos ici

    Téléchargez la Notice de déclaration d’activité partielle

    Débloquez des fonds auprès de BPIfrance :

    Résultat de recherche d'images pour "logo bpi france"
    Résultat de recherche d'images pour "numero vert"

    Pour soutenir les restaurateurs, Bpifrance met en place un numéro vert afin de faciliter l’accès à l’information pour traiter des problèmes de trésorerie : 0 969 370 240. Vous pouvez aussi faire la demande en ligne ici.

    Cotisations sociales, impots, quoi faire ?

    Résultat de recherche d'images pour "urssaf logo"
    • Des solutions de reports sont mises en place en fonction des différents statuts (TNS ou Salarié), rapprochez-vous de votre expert comptable, c’est son boulot.
    • Faite la demande de report des charges sociales par simple envoi d’un mail
    • Pour les impôts : il vous suffit d’adresser au service des impôts dont votre entreprise dépend, un formulaire prévu à cet effet. Le formulaire est disponible sur la page d’accueil du site des impôts, vous pouvez le trouver en cliquant sur le lien suivant : lien site des impôts
    • téléchargez ici la Demande simplifiée de délais de paiement de vos impôts.

    Que peut faire mon assureur ?

    A l’heure ou j’écris cet article les assurances font bloc, elles se déclarent elles-mêmes victimes et se cachent derrière le cas de force majeur pour ne pas indemniser les restaurateurs. C’est un scandale que déplore M Chenet, Président de GNI-HCR. Voir la vidéo.

    Que fait le gouvernement :

    Cette semaine je délivrait mes conseils pour se battre face à la crise du coronavirus. Revoir l’article ici.

  • Coronavirus et restauration, les annonces de Bruno Le Maire

    Ce jour Bruno Le Maire, ministre de l’économie et des finances fait l’annonce de nouvelles mesures d’aides financières exceptionnelles pour soutenir les acteurs de la restauration qui font face au Coronavirus. Voici les mesures annoncées par le gouvernement et, si besoin, ess conseils d’expert pour la traverser (en fin d’article).

    La synthèse des mesures de Bruno Le maire pour traverser la crise :

    Plusieurs mesures sont annoncées mais pas encore disponibles sur le site du gouvernement .

    • Le report des charges sociales par simple envoi d’un mail
    • La possibilité de reporter les charges fiscales de la manière la plus simplifiée possible.
    • Des mesures de chômage partiel (voir communiqué de la ministre du travail)
    • Dégrèvement des impôts direct au cas par cas mais surtout en cas de menace de disparition (liquidation judiciaire)

    Vous voulez voir la vidéo ? C’est ici

    Les chiffres du jour, le Coronavirus VS la restauration :

    • – 60% pour les traiteurs
    • -30 à -40% dans l’hôtellerie
    • -25% dans la restauration
    • Et plus encore pour le secteur de l’événementiel

    Les régions ne sont pas égales face à la crise, la restauration sur Paris souffre bien plus que la province de la crise du Coronavirus. Didier Chenet, président du GNI confirme les chiffres catastrophiques du moment.

    Mes conseils pour se battre face à la baisse d’activité :

    Aujourd’hui plus que jamais, la maîtrise de vos KPI, de votre fond de roulement et l’anticipation de votre gestion nécessite toute votre attention. Voici mes conseils :

    • Communiquez auprès de vos clients, ne laissez pas de silence que les médias viennent combler avec de la sur-information, de la psychose et de la peur. Faites chauffer #Instagram & #Facebook !!!
    • Intervenez sur vos stocks immédiatement.
    • Faites le point sur vos effectifs
    • Prenez contact avec votre banque et anticipez avec elle vos besoins en trésorerie.
    • Contactez votre assurance, eux connaissent les mesures exceptionnelles que le gouvernement met en place. Elle vous aidera à y voir clair et à obtenir ces aides. De plus certaines assurances couvrent ces cas de forces majeur, contactez-la !
    • Vous avez une protection juridique ? C’est le moment de les appeler !!!
    • Appelez votre bailleur, négociez le loyer, les délais de paiement, n’attendez pas d’être en retard de paiement pour négocier.

    Bref, ne restez pas inactif, des solutions existent mais il faut réagir maintenant, contactez-moi !

  • Comment fait le Groupe LAVOREL HÔTELS pour grandir et réussir ?

    LAVOREL HÔTELS : Entrevue avec Charline BRESSE, Directrice Générale Adjointe de LAVOREL HÔTELS et df conseil restauration (dfcr).

    Charline Bresse Lavorel Hôtels
    Charline Bresse-Vittoz

    Je ne révèle rien en disant que le secteur de l’hôtellerie restauration est en crise, qu’il manque régulièrement de personnel, et qu’un restaurateur sur deux est en difficulté. C’est d’ailleurs fort de ces évidences que j’ai créé mon entreprise. Pour aller plus loin, rien de tel qu’un retour d’expériences de ceux qui réussissent. Quels sont les secrets de réussite et de développement d’un des plus grands noms de ce secteur, le groupe LAVOREL HÔTELS.

    dfcr : Charline, aujourd’hui, quels sont les secrets de la réussite de LAVOREL HÔTELS ?

    …nous avons doublé le chiffre d’affaire en cinq ans… ce qui fait notre force, c’est notre structure siège…

    Charline BRESSE : Les secrets de la réussite de LAVOREL HÔTELS, c’est d’abord un concept. Premier facteur déterminant : la situation géographique ! Ensuite, Jean-Claude Lavorel ayant un goût prononcé pour la décoration, nous apportons une attention particulière à cette thématique, afin d’apporter à chacun de nos établissements une touche personnelle spécifique, unique et actuelle, que l’on ne retrouve nulle part ailleurs. Nous accordons enfin une importance capitale à notre stratégie de communication, de développement et de commercialisation.

    dfcr : Quelles sont vos plus belles réussites ?

    Charline BRESSE : Le Marriott est un bel exemple de réussite ! C’est un hôtel qui aujourd’hui est franchisé, auparavant sous contrat de management Hilton. L’établissement était vieillissant, nous avons donc procédé à une rénovation totale des chambres, des parties communes…. Nous avons également opté pour une stratégie commerciale opportuniste, axée sur la fidélisation de la clientèle. Nous avons ainsi capitalisé sur nos clients. C’est simple, nous avons doublé le chiffre d’affaire en cinq ans !

    Hotel Marriott Lyon - Cité internationale
    Lire aussi mon article sur : 8 points essentiels à valider avant d’ouvrir votre restaurant.

    dfcr : Quels sont les réseaux sociaux que vous utilisez ?

    Charline BRESSE : Nous utilisons beaucoup LinkedIn, Facebook. Lorsque je parle du circuit de commercialisation, je parle de distribution sur notre site internet, puis de communication digitale. Aujourd’hui, on ne peut plus s’en passer.

    dfcr : Avez-vous des stratégies web marketing différentes pour vos établissements ?

    Charline BRESSE : Non, nous utilisons exactement la même stratégie. Ce qui diffère sur un établissement comme le Kopster (où nous avons créé une marque), c’est qu’il faut être en mesure de s’adresser à une population qui recherche de l’information en ligne. Nous allons nous efforcer d’être beaucoup plus présent sur les réseaux sociaux, Facebook et Instagram essentiellement.

    Kopster - Lyon Décines-Charpieu

    dfcr : Quels sont les enjeux du groupe LAVOREL HÔTELS pour les années à venir ?

    Charline BRESSE : L’événement de l’année va être la réouverture du Chabichou. C’est un sacré challenge, parce que nous avons racheté une institution. Nous sommes en pleine rénovation actuellement. Notre clientèle va naturellement se renouveler.  C’est toujours risqué de reprendre une institution, la réouverture est prévue le 13 décembre. Clairement, il s’agit d’un enjeu commercial majeur.

    Le Chabichou Courchevel 1850

    dfcr : Le facteur humain, est-ce un enjeu pour l’avenir du groupe LAVOREL HÔTELS ?

    …sans les hommes, nous ne pouvons rien faire…apporter une qualité de service si nous n’avons pas de personnel, ça n’est pas possible.

    Charline BRESSE : C’est un enjeu de fait dans l’hôtellerie restauration. Sans les hommes, nous ne pouvons rien faire, on ne peut apporter des services et encore moins dans l’hôtellerie haut de gamme. Aujourd’hui, nous travaillons sur ce sujet, notamment dans le recrutement de nos managers. Ces derniers sont sélectionnés sur cet aspect humain, davantage que sur les compétences, dans l’objectif principal de capitaliser et fidéliser nos collaborateurs. Apporter une qualité de service si nous n’avons pas de personnel, ça n’est pas possible. De nombreux établissements ferment leur restaurant par manque d’effectif. Nous avons dû, notamment au le Château de Bagnols cet été, fermer deux services par semaine parce que les effectifs n’étaient pas suffisants, avec une problématique de recrutement, liée principalement à l’implantation géographique. 

    Château de Bagnols- Bagnols

    dfcr : Comment le facteur humain est-il pris en compte dans votre développement ?

    Charline BRESSE : L’humain est au cœur de nos préoccupations, notre service RH fait un énorme travail sur ce sujet. L’encadrement se concerte très régulièrement pour se remettre en question. Le personnel est très volatile, la restauration connait le plein emploi. Aujourd’hui, nous nous se devons d’être novateur dans notre approche pour fidéliser ces jeunes qui ont fait le choix de changer de poste du jour au lendemain pour 50€ de plus par mois. Au-delà de la rémunération, nous allons capitaliser sur l’ambiance et la qualité de vie au travail (QVT). C’est en améliorant la qualité de vie au travail, par des attentions au quotidien, que nous allons pouvoir fidéliser nos collaborateurs.

    dfcr : La QVT est dans toutes les bouches des dirigeants, comment percevez-vous ce sujet en CHR ?

    Charline BRESSE : c’est un sujet qui doit se développer, oui.  Concrètement, cela suppose des investissements. Par exemple, les vendredis, nous proposons une séance de massage à nos équipes. Nous réfléchissons actuellement à un système de lève-lits sur l’ensemble de nos établissements, afin d’améliorer le confort de travail de notre personnel de chambres. Ce sont des investissements qui sont coûteux, et qui s’accompagnent d’une stratégie de groupe.

    dfcr : Comment le groupe LAVOREL HÔTELS se met en avant sur le marché du recrutement ?

    Charline BRESSE : LAVOREL HÔTELS participe au salon du recrutement, et a assuré une présence sur le village des recruteurs à Lyon.  Le groupe est bien évidemment visible sur les réseaux sociaux, excellent vecteur de communication. Nous organisons des journées portes ouvertes au sein de nos établissements, afin de permettre au plus grand nombre de candidats de découvrir nos métiers, de découvrir le lieu et de laisser s’opérer la magie… C’est plus efficace qu’une annonce papier ! Le groupe met en avant la mobilité interne et géographique. Je pourrais vous citer de beaux exemples d’évolution au sein du groupe sur des fonctions managériales ou transversales. On travaille beaucoup sur la cooptation interne ; en effet, nos collaborateurs sont nos meilleurs prescripteurs !

    dfcr : Toutes ces méthodes viennent de grands groupes, en quoi cette stratégie est un plus pour vous ?

    Charline BRESSE  : Aujourd’hui ce qui fait notre force, c’est notre structure siège. C’est une organisation que nous avons souhaitée pour que nos managers et directeurs d’établissements se concentrent vraiment sur le management des équipes et la relation clients. Nous réduisons leur charge de travail administrative avec un service RH, comptable, marketing et contrôle de gestion. Cela nous permet aussi de nous développer plus rapidement, surtout quand on fait de l’accroissement externe pour absorber de nouvelles acquisitions. Le développement implique une grande rigueur organisationnelle.

    dfcr : Face à votre diversité d’offres de services utilisez-vous ces mêmes méthodes de recrutements ?

    Charline BRESSE : Oui, les méthodes sont les mêmes, dans nos 3 ou 5 étoiles. La notion de service, c’est notre ADN.

    dfcr : Et le turn-over, arrivez-vous à le contrôler ?

    Charline BRESSE : J’ai travaillé dans des grands groupes hôteliers qui se satisfont de personnes qui font à peu près bien le travail. Ce n’est pas le cas chez LAVOREL HÔTELS.  Il y a une exigence, en termes de compétences et de savoir-être qui est beaucoup plus importante. On ne transige pas sur ce sujet. Nos directeurs d’exploitation sont chargés de la mission de former les équipes, de les faire monter en compétences. Il nous arrive de faire travailler nos chefs de service en binôme pour un partage de bonnes pratiques. On essaie le plus possible de capitaliser sur nos ressources internes d’experts par métier.

    Lire aussi mon article sur : Mes 5 bonnes raisons de s'occuper du turn-over en CHR

    dfcr : Avez-vous déjà fait appel à un cabinet de conseil externe sur divers thématiques, ingénierie, organisations, méthodes, formation…  ?

    Charline BRESSE : Non, tout est traité en interne. Les consultants c’est important d’en parler. Ce qui est contraignant, avec les consultants, c’est qu’ils sont présents sur une courte durée, ils ne sont pas là dans la pratique du quotidien.

    dfcr : Merci Charline de m’avoir accordé un peu de votre temps pour cette entrevue, et merci au Groupe LAVOREL HÔTELS de m’avoir ouverts les portes de votre success-story.

    LAVOREL HÔTELS est un groupe qui a su s’organiser, évoluer et se structurer face à une concurrence de plus en plus forte. Le choix d’une structure siège est la pierre angulaire de leur réussite et est comparable à une externalisation des services stratégiques liés au développement de chaque établissement.

    df conseil restauration, est la structure siège à temps partagé des restaurateurs indépendants.

    Contact :

    • 06 68 13 94 15
    • contact@dfconseilrestauration.fr

    Le groupe LAVOREL HÔTELS c’est aussi : SUITES DE LA POTINIÈRE COURCHEVEL, LES BATEAUX LYONNAIS, BLACK BASS à ANNECY, PALACE DE MENTHON à ANNECY, LE PÉRA à PARIS

    1 établissement sur 2 ferme dans les 3 premieres années. Ce n'est pas le cas pour le Groupe LAVOREL HÔTELS. Que fait le Groupe LAVOREL HÔTELS pour réussir ?
    Lire aussi l'article de  Sixty Nine Génération Lyon à propos de Charline Bresse

  • Voilà pourquoi il ne faut surtout pas savoir interpréter un compte de résultat !

    En lisant cet article tu t’exposes à comprendre un compte de résultat, à savoir à quoi il sert et à priori à l’interpréter. Alors si tu veux rester ignorant ne lis surtout pas ce qui suis parce que tu prends le risque de devenir un AS de la gestion de ton restaurant. En lisant cet article tu pourrais…

    …comprendre ton compte de résultat ligne à ligne :

    Quand ton comptable commente ton compte de résultat, il te parle de : « Marge brute, marge nette, EBE, FP, charges salariales, charges patronales, EBIT, BFR… » autant de mots et d’acronymes barbares. Les comprendre te demande des efforts ? Ton comptable ou ton banquier, eux, les comprennent, c’est leur quotidien. Ton ignorance leur fait gagner du temps et de l’argent. Cool pour eux. Maintenant si apprendre à lire un compte de résultat te fait peur arrête de lire ici !!!

    Quoi, tu es encore là ?

    Chien interrogateur
    Curieux ?

    Tu veux gagner de l’argent ? Très bien, je continue. Je comprends que cet exercice d’apprentissage du jargon du métier puisse te faire peur, mais les apprendre va t’aider à comprendre mieux les échanges entre professionnels. Miracle ! Tu vas être compris à ton tour. Tu vas ainsi gagner du temps. Et oui, tu vas gagner aussi de l’argent, j’y viens plus tard, un peu de patience. A propos, compte de résultat ou compte d’exploitation, c’est la même chose.

    … t’aventurer à deviner d’où viennent tes chiffres :

    Tu n’as pas besoin de moi pour le comprendre. Après quelques mois d’ouverture tu as bien cerné le sujet, et ton comptable as bien pris soin de te l’expliquer et de t’en rabattre les oreilles. Il s’agit en gros de tes traites à payer :

    • Loyer
    • Emprunt
    • Fournisseurs
    • Salaires, charges et cotisations…

    Voilà ou part ton chiffre d’affaire si tu ne l’as pas confondu avec ton argent de poche…Et c’est ainsi qu’un restaurateur sur deux déposera le bilan avant le troisième exercice comptable. Ca te fait peur ? C’est pourtant bien la réalité. La gestion de tes chiffres c’est la clé. Je pars du principe que ton offre attire des clients, que tu les sers avec plaisir et que tu leur donnes envie de revenir. Parce-que si tu fais fuir tes clients, ce n’est pas la peine d’en lire plus, concentres toi d’abord sur ce point.

    … oser mettre en place des plans d’actions :

    Tester de nouvelles idées
    Teste !

    Ton comptable te donne ses plans d’actions et te dit : « Achète moins, achète mieux, vends plus cher, ouvre plus tard, plus souvent, fais des promos !!! » Tu l’as déjà entendu ? Ce conseiller n’est pas le payeur. Le payeur c’est toi, tu le paies de ton temps, de ta sueur, de ta fatigue et du sacrifice de ta vie privée (si tu en as encore une). Analyser, comprendre, agir avec efficacité, voila une autre clé de ta réussite. Voici quelques plans d’actions : la règle des 80/20, tu connais ? Elle doit devenir un reflexe pour toi. Ça te parle ? Tant mieux. Agis sur 20% de tes objectifs les plus importants, ils agiront sur 80% de ton résultat. Ça, c’est cadeau, ça me fait plaisir. Tu en veux d’autres ? Appelle-moi : On parlera « Marging killer », « Good / Best / Better » … J’arrête, si tu travailles déjà ces 3 points là tu seras un Boss !

    …mesurer ta progression sur ton compte de résultat :

    Progression de C.A.
    Progresse !

    Ton comptable te dit : « Eh bien voilà, je te l’avais dit, tu m’as écouté. Maintenant tes résultats progressent. » Mais toi, tu es au bout du rouleau… …sauf si tu as pris le risque de lire cet article. A présent tu vas pouvoir mesurer ta progression seul et donner des conseils à ton comptable si tu n’en as pas encore changé. Parce-que maintenant, c’est tous les jours, tous les mois que tu mesures ta progression, tu es un As de la gestion, tu sais interpréter ton compte de résultat.

    … valider de nouveaux process de gestion :

    Tout ca pour te dire que sans changer tes habitudes, sans nouveaux process de gestion, tes résultats d’exploitation ne changeront pas. Prends des risques, teste de nouveaux process de gestion, embarque ton équipe dans ce projet (oui, je sais ils n’y connaissent rien mais je te rappelle que toi non plus avant de lire cet article).

    … parler d’indicateurs de gestions (KPI) :

    Les indicateurs de gestion sont un pouvoir que seul ton comptable pour le moment maîtrise. Deviens apprenti KPI et le pouvoir tu prendras. Avec toi la force sera. Les indicateurs de gestion tu les as tous, tous les jours entre les mains, c’est à toi de les construire et de les utiliser, prends le contrôle !

    …savoir à quoi ça sert d’interpréter ton compte de résultat :

    Tu as vraiment envie que je développe encore ? Ton compte de résultat ou compte d’exploitation, c’est le résultat financier de ton activité passée. Cette photo « instantanée » doit te servir à construire l’avenir différemment et te permettre de mettre en place des plans d’actions efficaces pour faire évoluer ton compte de résultat.

    Tu as encore des questions ?

    Contacte-moi. J’ai plein d’idées à partager avec toi. Si tu n’as pas de questions appelle- moi quand même, et dis-moi ce que tu fais dans ton établissement pour battre tous les records.

    df conseil restauration
    df conseil restauration

    Merci Julien Romeu pour ton aide sur cet article.