août 2019

Monthly Archives

  • Comment gagner 20% de chiffre d’affaire immédiatement ?

    Gagnez 20% de chiffre d’affaire immédiatement :

    Transformer une prise de commande en acte de vente nécessite l’acquisition d’un savoir-faire. Gagnez 20% de chiffre d’affaire est une conséquence et doit faire partie votre stratégie de développement. Vendre est votre premier levier de chiffre d’affaire.

    Comment votre personnel peut-il devenir un bon vendeur ? 

    Ce sont certainement de bons techniciens, mais vous les attendez également vendeur et ce métier ne s’improvise pas. L’impact d’une vente qualifiée sur votre chiffre d’affaire peut aller au delà de 20%.

    Combien me rapporte un serveur vendeur ?

    Le calcul est simple, vous prenez votre chiffre d’affaire actuel et vous y ajoutez 20%.

    C’est beaucoup, vous n’y croyez pas ? Faisons le calcul ensemble…

    …Avec le même nombre de clients, vendre mieux vous permet de sécuriser votre coût matière, de développer votre chiffre d’affaire sans dépenses marketing, et sans délais.

    Exemple du restaurant de “Pierre”, voici un extrait de sa carte :

    • Menu du jour Entrée + Plat ou Plat + dessert ……………………………………….13,50€
    • Sup entrée ou dessert…………………………………………………………………………….3,00€
    • Sup Sauce……………………………………………………………………………………………….0,50€
    • Verre de vin……………………………………………………………………………………………4,50€
    • Eau minérale……………………………………………………………………..……………………4,50€
    • Café………………………………………………………………………………………………………..1,90€
    • Café double…………………………………………………………………………………………….2,50€

     Dans le restaurant de “Pierre” le technicien prendra la commande, et un café en plus certainement. Il réalisera un chiffre d’affaire de 15,40€. Le vendeur quant à lui, saura vendre un supplément menu, un verre de vin, et ou une eau minérale, ou encore un café voir un second. Vous connaissez vos prix, je vous laisse faire le calcul… Dans le cas de “Pierre” :

    Carte de Pierre Ventes du serveur technicien Ventes du serveur vendeur
    Menu du jour 13,50€ 13,50€
    Sup entrée   3,00€
    Café 1,90€  
    Café double   2,50€
      TOTAL
    % de vente sup
      15,40€ 19,00€
    23,37%

    Avec des actions simples, Pierre arrive déjà à 23,37% de progression de chiffre d’affaire. Pierre réalise 80 couverts par jour, est ouvert 5/7, ferme 5 semaines dans l’année. Avec des serveurs vendeurs il pourrait augmenter son chiffre d’affaire de 6150€ TTC chaque mois et de 67680€ TTC par an.

    Gagnez 20% de chiffre d’affaire immédiatement, faites comme Pierre.

    Vous y croyez maintenant?

    Mes solutions de formations vous permettent de développer votre chiffre d’affaire par la mise en place d’un Plan de Développement de Compétences.

    En moins de 2 jours, vous transformez votre équipe de serveurs techniciens en serveurs vendeurs, vous développez ainsi votre chiffre d’affaire immédiatement.Une prise en charge est possible avec votre OPCO. Vous cotisez chaque mois au travers de vos charges patronales, le saviez-vous ?

  • Plan de Développement de Compétences

    En qualité de dirigeant vous cotisez chaque mois au travers de vos charges patronales à un fond de formation de votre personnel, appelé OPCA (prochainement OPCO) qui sert à financer votre Plan de Développement de Compétences. C’est un tronc commun que peu connaissent et utilisent. Vous y avez accès dès lors que vous êtes à jour de vos cotisations, il est utilisable pour l’ensemble de votre personnel, il vous suffit d’en faire la demande.

    Sommaire :

    • Cadre juridique et enjeux
    • Contenu du plan de développement des compétences
    • Taux de cotisation des entreprises
    • Calcul de l’effectif
    • Prise en charge et rémunération de votre salarié en formation

    Plan de Développement de Compétences, cadre juridique et enjeux :

    L’élaboration et la mise en œuvre du plan de développement des compétences sont de la responsabilité de l’employeur. Il doit assurer l’adaptation des salariés à leur poste de travail et ainsi veiller au maintien de leur capacité à occuper un emploi, au regard notamment de l’évolution des emplois, des technologies et des organisations. Pour aller plus loin sur ce sujet : economie.gouv.fr

    La loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel a supprimé le plan de formation au profit d’un plan de développement des compétences depuis le 1er janvier 2019. Les différentes catégories du plan ont également été supprimées mais l’obligation d’employabilité des salariés est maintenue.

    Le plan de développement des compétences est constitué de l’ensemble des actions de formation décidées par l’employeur au bénéfice des salariés de l’entreprise et destinées à assurer leur adaptation au poste de travail, veiller à préserver leur capacité à occuper un emploi, voire à améliorer ou à acquérir de nouvelles compétences.

    La mise en place d’un plan de développement des compétences permet à l’entreprise de répondre à son obligation légale de formation de ses salariés. Il permet aussi de formaliser un certain nombre d’actions de formation déjà existantes mais « informelles », dans la mesure où ces actions de formation correspondent aux définitions légales (pré-requis, objectifs pédagogiques, moyens matériels, techniques mises en œuvre, etc.). Ainsi il doit permettre à l’entreprise d’appréhender la formation comme un investissement pour accroître ses performances.

    Contenu du plan de développement des compétences

    Le responsable doit donc recenser les besoins de formation et en dresser la liste. Le plan de développement des compétences comprend ainsi l’ensemble de ces formations, leur durée, leur objectif et les salariés bénéficiaires. La présentation et la construction du plan de développement des compétences reste libre pour le dirigeant mais le Code du travail impose de distinguer les formations obligatoires des formations non obligatoires.

    Taux de cotisation des entreprises (Charges patronales)

      Effectif moyen de l’entreprise sur 12 mois     Taux de cotisation (entreprises générales)
      Jusqu’à 10 salariés     0,55%
      Plus de 11 salariés     1,00%

    Depuis le 1er janvier 2019, les accords collectifs pour les entreprises de moins de 11 salariés n’ont plus d’effet. Les fonds qui n’ont pas été consacrés au financement du compte personnel de formation (CPF) doivent être reversés au service des impôts des entreprises (SIE)

    Calcul de l’effectif

    L’effectif de l’entreprise calculé au 31 décembre, tout établissement confondu, est égal à la moyenne des effectifs déterminés chaque mois de l’année civile. Les mois au cours desquels aucun salarié n’est employé ne sont pas pris en compte.

    • Salariés pris en compte pour 1 unité chacun quand ils sont en CDI à plein temps, travailleurs à domicile et représentants de commerce à cartes multiples ; au prorata de leur temps de présence au cours des 12 derniers mois quand ils sont intermittents, en CDD ou mis à disposition de l’entreprise par une entreprise extérieure autre qu’une entreprise de travail temporaire (sauf s’il s’agit du remplacement d’une personne absente) ; au prorata du temps de travail prévu par le contrat de travail par rapport au temps normal de travail pour les salariés à temps partiel.
    • Salariés exclus du calcul sont les jeunes apprentis ou titulaires de contrats de professionnalisation, les personnes titulaires d’un contrat initiative-emploi (CIE) pendant la durée de la convention, les titulaires d’un contrat d’accompagnement dans l’emploi (CAE) pendant la durée de la convention, les titulaires de contrats d’avenir, les titulaires de contrats d’insertion revenu minimum d’activité (Cirma).

    Plan de Développement de Compétences, prise en charge et rémunération de votre salarié en formation :

    Les entreprises de moins de 50 salariés ont la possibilité de faire financer leur Plan de Développement de Compétences par les opérateurs de compétences (OPCO). Les opérateurs de compétences prennent en charge la rémunération et les charges légales et conventionnelles du salarié parti en formation selon des modalités précisées par le conseil d’administration des OPCO dans la limite du coût horaire du SMIC par heure de formation.

    En résumé, il vous reste à charge la différence entre le taux horaire du SMIC et le minimum garanti du salarié en formation.

    Une prise en charge est possible avec votre OPCA. Vous cotisez chaque mois au travers de vos charges patronales, le saviez-vous ?

    Pour aller plus loin, df conseil vous accompagne dans la construction et la mise en place de Plan de Développement de Compétences pour vos équipes. Contactez-nous.

  • Créer des fiches techniques, Les 4 raisons de le faire :

    Créer des fiches techniques, c’est votre première source de gains. Sans cet outil de travail votre coût matière peut s’envoler.

    Toutes les grandes maisons l’ont compris il y a bien longtemps. Le pilotage du coût matière est le  point de vigilance sur lequel ils investissent le plus. Il représente 25 à 60% de votre chiffre d’affaire en fonction de votre point de vente (traiteur, restaurant, commerce de détail…). Et peut vous amener à renoncer, baisser les bras, et fermer votre établissement. 1 TPE sur 2 déposera le bilan avant la fin du troisième exercice comptable.

    C’est peut-être l’investissement de votre vie qui  part en fumée.

    Créer des fiches techniques pour améliorer votre coût matière :

    Avec des fiches techniques votre coût matière vous dit merci ! Et votre comptable aussi… 20g ici, 30g là, ce n’est pas rien, faites l’exercice !

    Prenons l’entrecôte, 30 pièces vendues par jour, avec un sur-grammage de 25g. A plus ou moins 15€ le kilo HT, vous avez fait le calcul ? 11,25€ HT de sur grammage par jour !!! Pour  un restaurant ouvert 5/7 avec 5 semaines de fermeture dans l’année vous générez une perte de +/- 2650€. Ce n’est qu’une recette, vous en avez combien à la carte ?

    Les 4 raisons en détail :

    valeurs
    valeurs

    Créer des fiches techniques vous permet de maîtriser votre coût matière :

    La fiche technique est la clé de votre coût matière, elle doit être connue et respectée de tous.

    Elles vous permettent de  satisfaire et fidéliser vos clients :

    L’uniformité et la régularité sont la base de la fidélisation client. Nous le savons tous, aujourd’hui la clientèle a le choix et la possibilité de se faire un avis sur votre restaurant. Et ce avant même d’avoir passé votre porte d’entrée. Par conséquent, une fois à l’intérieur, si les assiettes ne sont pas toutes uniformes et régulières, vous pouvez être certain que vous retrouverez vos plats en photo sur les réseaux sociaux.

    Elles vous permettent de  fédérer vos équipes :

    La fiche technique donne un cadre, une méthode, un processus de travail. Elle permet également la prise d’autonomie de vos équipes, elle est surtout un vrai levier managérial. A partir des fiches techniques tout peut être imaginé : Challenges, créativité, respect… Toutes les clés du manager sont à votre portée pour challenger votre équipe, créer du lien et les fédérer. Et donner du sens à leur quotidien et leurs actions.

    Elles vous permettent de  développer votre capacité d’investissement :

    Réaliser des fiches techniques, cela prend du temps, et le temps vous n’en n’avez jamais assez.Posez-vous la bonne question. Qu’est-ce qui vous coûte le plus cher ? Faire ou ne pas faire ?

    N’attendez pas de recevoir ce genre d’avis client…

    Commentaire authentique et anonymisé

    df conseil vous accompagne au quotidien avec des solutions efficaces et ludiques pour vous permettre de vous consacrer à l’essentiel, vos clients !

  • 8 points essentiels à valider avant d’ouvrir votre restaurant.

    Prenons quelques minutes maintenant pour lister les 8 points essentiels avant d’ouvrir votre restaurant. Une fois votre restaurant ouvert vous n’aurez plus de temps à perdre sur les formations et autres procédures administratives. Avant d’ouvrir votre restaurant sachez que 1 restaurant sur 2 déposera le bilan avant la fin de la 3ème année comptable…

    1 : définissez votre concept

    Définissez clairement votre concept, avant d’ouvrir votre restaurant posez-vous les vraies questions ! Peu importe le style de restauration que vous souhaitez faire, vos clients doivent savoir où ils mettent les pieds au premier coup d’œil !!! Un restaurant qui affiche des burgers, du couscous et de la paëlla suscitera d’entrée la méfiance. Une offre trop large éveillera également les soupçons sur la fraîcheur de votre offre. Définissez un concept clair, une offre FnB simple et accessible. Sachez vous démarquer de la concurrence sans jamais les copier. En revanche inspirez-vous de ceux qui réussissent. (Lire aussi mon article sur ce sujet)

    2 : soignez votre business plan

     Votre business plan doit refléter votre projet financier, c’est évident. Il doit aussi mettre en valeur la cohérence entre votre concept et le lieu d’implantation. Il doit prendre en compte l’adéquation projet / entrepreneur (vous !). Soyez vigilant de préserver l’équilibre de votre vie d’entrepreneur et de votre vie privée. 

    Laissez la part belle à votre concept qui sera décrit en détails dans votre business plan :

    • Une charte graphique
    • Un logo, un nom
    • Une atmosphère, une ambiance,
    • Un “Dresscode”, une promesse
    • et le plus important, l’ADN du concept.

    Le meilleur concept ne vaut rien s’il n’est pas adapté au monde qui l’entoure, le votre ! Imaginez un couple ayant 3 enfants en bas âge, à la tête d’un restaurant ouvert 7/7 midi et soir ? Inimaginable… Alors soignez bien votre business plan avant de signer quoi que ce soit…et d’ouvrir votre restaurant

    3 : l’étude de marché

    1 restaurateur sur 3 ferme ses portes dés la 1ère année à cause d’une étude de marché négligée ou absente .

    L’étude de marché vient compléter votre business plan. elle est indissociable à celui-ci. Elle doit être la plus précise possible avec :

    • Une étude INSEE
    • Une enquête terrain
    • Une identification de la concurrence
    • Une analyse de vos forces et de vos faiblesses (SWOT)
    • Un état des lieux du quartier : implantation, environnement
    • Connaissance des projets urbains
    • La fréquentation du quartier
    • Habitudes de la population

    Bref, mixez une étude macro et micro-économique, sociale et environnementale. Ce travail de fourmi vous donne l’occasion d’aborder des sujets que vous ne traiterez plus après l’ouverture et qui sont essentiels dans le montage de votre projet. Il légitime votre projet lorsque vous serez devant votre banquier, votre expert comptable, votre avocat.

    Une étude de marché de qualité démontre une bonne compréhension de l’environnement et permet surtout de valider votre concept et son emplacement.

    4 : le choix du local

    Achat ou location ? Création ou reprise d’un fond de commerce ?

    Ce sont de vrais questions ! Et la réponse vous appartient. Le choix du local est lié à votre projet et détermine votre besoin. Il faut distinguer deux choses : l’achat du fond de commerce ou l’achat des murs. Vous pouvez très bien louer un local et devoir acheter un fond de commerce au cédant. Et inversement vous pouvez louer un local qui n’a pas de fond de commerce. Dans ce dernier cas, il s’agit bien souvent de locaux neufs, faites attention, en général ce type de biens nécessitent un investissement initial en travaux de gros œuvres que vous n’avez pas avec l’achat d’un fond de commerce.

    Il faudra donc faire un choix : investir en travaux ou dans l’achat d’un fond de commerce existant (Attention, existant ne veut pas dire qu’il n’y aura pas de travaux…). A cela s’ajoute la recherche d’une licence pour les débits de boissons, ce n’est pas toujours chose facile d’en déplacer une.

    5 : le choix du statut juridique

    Choisir son statut juridique est un travail indispensable qui revêt diverses facettes selon que vous êtes seul ou associés, et selon votre investissement personnel en temps et en argent. C’est le rôle d’un expert comptable ou d’un avocat de vous conseiller et de vous aiguiller. Ils vous aident à choisir le statut qui vous correspondra le mieux. Vous avez 3 principaux statuts juridiques qui s’offrent à vous :

    • la SARL (société à responsabilité limitée)
    • l’EURL (entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée)
    • l’entreprise individuelle

    6 : équipez-vous de bons outils

    Les bons outils, vous en aurez besoin en cuisine, en salle mais également au bureau. Apportez de l’attention particulière à ce point, il vous fera gagner du temps et de l’argent rapidement.

    Un bon ouvrier à toujours de bons outils !

    Jacques PIC

    Le gros matériel :

    Il s’agit là des points chauds et froids de votre restaurant. C’est un investissement lourd en général amorti en 5 à 7 ans. Sachez que vous pouvez louer votre matériel, voir l’acheter d’occasion, cette pratique est habituelle et vous permet surtout d’alléger l’investissement global de votre projet.

    Le petit matériel :

    Ne sous-estimez pas cet investissement. Il n’y a rien de pire que de démarrer son activité sans avoir le bon matériel. La encore il se trouve facilement d’occasion si vous avez du temps à y consacrer, attention tout de même à l’état général.

    Les outils de caisse et de pilotage :

    Souvent réduits à peau de chagrin, les outils de caisse et de pilotage seront pourtant indissociables dans votre activité. Ils vous aideront à faire le lien entre votre budget prévisionnel et votre comptabilité réelle, à déterminer l’état de votre trésorerie, à identifier et mesurer vos indicateurs de gestions et de performances (KPI)

    7 : s’organiser comme un Chef !

    Ce métier, c’est 1001 détails quotidien qu’il faut savoir gérer !

    Pierre Gagnaire

    S’organiser comme un chef, ce n’est pas juste une métaphore. Ici réside une des clés de votre réussite. L’improvisation n’existe pas dans les métiers de bouches. Une commande non livrée, un employé malade, une grosse réservation de dernière minute…sans parler de problèmes techniques ! Voila ce que sera votre quotidien demain. Pour tout le reste, il vous faut être organisé comme un soldat partant en mission :

    • Gestion des achats
    • Planning du personnel
    • Evolution de l’offre
    • Organisations, consignes !
    • Suivi de la comptabilité
    • Animation des réseaux sociaux
    • Répondre aux clients

    Donnez-vous du temps pour vous reposer aussi. Se reposer… dans ce métier c’est compliqué, mais sans organisation c’est impossible !

    8 : les formalités administratives

    Les formalités administratives conditionnent votre date d’ouverture au public et vos premières entrées d’argent. C’est à dire votre besoin en fond de roulement. Anticipez le plus possible vos démarches avant d’ouvrir votre restaurant, elles sont nombreuses et chronophages :

    Enfin, si vous avez choisi cette voix PRENEZ DU PLAISIR !!! Vous choisissez plus qu’un métier, une passion ! Alors éclatez-vous ! Amusez-vous ! vos clients vous le rendront.

    df conseil est à votre disposition pour vous accompagner sur tout ou partie de votre projet pour faire de votre avenir une réussite.

    Les 8 points essentiels à valider avant d’ouvrir votre restaurant